Des granny que Nenni, du Patchwork au crochet

 

 

 

 

Issus d’une encyclopédie de travaux d’aiguilles datant de 1981, quelques modèles pour patchwork au crochet, ces carrés s’appelaient alors à l’époque Motifs pour Patchwork,

j’aime chacun de leur nom

Carré tyrolien, hawaïen, de Strasbourg,  Old America (le granny authentique ;-) ),  fleur de cornouiller …

J’espère que ces quelques photos, ne m’attireront pas les foudres  de la SPDGIZW* … célébre sur la toile.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, et bien je vous remets les mêmes et même il y en a encore plus cette fois ci en noir et blanc et de 1966,

issus d’un tricot sélection.

Ici et La et pis La Encore

Non non, ne me remerciez pas, je vous en prie, c’est vraiment de bon coeur que je vous les offre ….

 SPDGIZW* Société Protectrice et de Défense des Granny In Ze Wind

Pensiez vous réellement y avoir échappé ? :-)

Après « notre conversation » sur notre miraculeuse survie au Granny Square 70′S …..

En noir et blanc, ça a un petit charme désuet je trouve, je me laisserais presque tenter …………………..

 j’ai DIT presque !!!!!

Mais en couleurs ……………..
un grand moment que je vous laisse découvrir

La plupart des illustrations ont été piquées sur ce site

Pour les autres, je vous laisse rechercher Klohut en allemand ou Toilet paper roll cover en anglais

Vous ne serez pas déçues, je vous assure …. j’ai quand même un faible pour le caniche à pompoms …..

 

Pour les cygnes au crochet,

 j’ai jeté l’éponge … regardez ICI

Elles me l’ont fait …………… et non ils ne sont pas aux oubliettes,
vive la machine à remonter le temps.

il y en a qui sont vachement mignons, …………
arghhhhhhhhhhhhhhh ………….. j’ai dit ça moi ?    

(A toutes fin utiles, je dépose immédiatement, le cygne , protège dés, cousette et porte aiguilles à l’INPI,  et le Caniche porte bobines, et c’est moi la première qui ai eu l’idée, nanananère !!!!! Non mais … vous croyez pas que je vais me laisser faire …pour celles que ça intéresse il y a un modèle ICI)
  

Alors c’était pas carrément classe avant …. de mon temps, à la préhistoire ?

Granny Square, comment a t’on pu survivre à ça ???????

.

 

 J’avais promis que je les retrouverais, elles étaient bien enfouies sous une tonne de linge, je les garde par respect pour celles qui les ont crocheté ……………. mais dites moiiiiiiiiiiiiii comment on a pu survivre à ça, nous la génération des Vieilles, celles des années 70, c’était une overdose psychadélique de couleurs criandes et mal assorties, une horreur, je n’ai pas retrouvé mon débardeur, mais je vous jure que si je retrouve la photo, je vous la rajoute illico … à faire frémir.

Elles étaient (et pour moi elles le sont toujours) tellement vieillottes et moches qu’on s’en servait de couvertures pour chien, celles ci ont résisté tout simplement parce que c’est beaucoup, beaucoup de travail … et là révérence pour  la dextérité des grands mères.

Côté cahier de tendances, il va falloir vraiment passer à autre chose ….. parce que le réchauffé c’est pas bon  du tout.

J’ai vu dans Elle, que le must du moment,  était de ne porter qu’ une seule et très longue boucle d’oreilles, on les a attendu dans les années 80 ;-) , nous étions des milliers d’adolescences à nous trimbaler une seule boucle d’oreille et la plus longue possible que nous trouvions, c’était le disco, je vous en parlerais un autre jour.

Bon allez Maman, je ne t’en veux pas, c’était une époque tellement insouciante, que je comprends que les plus jeunes aient une certaine nostalgie …

Bon c’est pas tout,  il parait qu’il y a Toumaï à la TV, vous ne connaissez pas Toumaï, ce petit garçon indhou qui cornaquait les éléphants ? … On le regardait  avec nos sous pull en acrylique orange, nos débardeurs granny, dans un fauteuil gonflable orange, enroulés dans les couvertures de Mamy …. ou affalés dans des poires en cuir synthétique orange et Maman nous donnait nos Bichoco pour goûter voire un sandwich à la Vache qui rit pendant que mon frère lui,  jouait au Cochon qui rit et au Play Mobil.   Il parait qu’ils repassent Quentin Duward dans pas longtemps sur le cable (Parce qu’eux non plus à la TV, ils n’ont plus rien de nouveau, on se tape tous les gendarmes, les angéliques et les 7ème compagnie,  quitte à avoir des vieux film je veuxxxxxxxxxxxx Orange Mécanique bon sang et aussi la demoiselle d’Avignon, car dans la demoiselle d’Avignon, Marthe Keller a des couvertures en Granny, je ne vous dis pas , à voir et à revoir)

 Ahhhhhhhhh que c’est bon d’être un « vieux c…. » de temps en temps …… Mamy fait de la résistance, je ne me laisserais pas coloniser ……….. par le Flowers Power … les Granny Square en couleurs ne passeront pas par moi …. Saint Woodstok, Sainte Janis, Saint Big Bazar,  protégez moi de ça …

En corrigeant les fautes de frappe, de ce « délicieux article » je vous en supplie qu’aucune de mes compatriotes n’aient l’idée de nous ressortir, le chapeau protège PQ, la poupée lampe de chevet à robe crochetée abat jour,  la ronde des Cygnes amidonnés à l’eau sucrée (il faut que vous le retrouve celui là), les boudins anti courant d’air en forme de teckel, et les poussins pompons,  s’il vous plait, par pitié, sinon je vais être dans l’obligation  d’ouvrir le musée des horreurs de l’art textile …..

Pour celles que je n’ai pas encore découragée, un courant actuel sur le net …. les granny maniaques à découvrir sans faute …. GRANNY MANIA le Blog, désolée mais moi je n’y arrive pas ….. sauf si c’est pour utiliser des restes de laines et encore …..

Cat de Velours dans un commentaire quelque peu négatif, m’accuse de me moquer des Granny Mania et des Penelope’s Sisters que j’ai découvert il y a seulement deux ou trois jours sur Hellocoton, je ne pense pas dans cet article avoir insulté quiconque, les personnes qui n’ont pas connu les années 70 ne comprendront certainement pas  ce que je ressens,  … lorsque je m’habillais adolescente avec des vêtements super kitch des années 40, piochant dans les blousons et les mocassins des années 60 (après avoir vu West Side Story), ou empruntant ses robes newlook des années 50, ma mère trouvait celà affreux, quoi de plus normal. De plus, je n’ai pas à me justifier, je n’aime pas ça, j’ai le droit de l’écrire et c’est tout, tous les goûts sont dans la nature, heureusement !!!

 

Et ne pas oublier Hair, des gens chevelus et nus qui chantaient contre la guerre du Vietnam, la musique de cette époque j’adorais et j’adore encore.

En français en en Anglais

 

Joana Vasconcelos

A découvrir Joana Vasconcelos, artiste portuguaise, elle enrobe, elle recouvre, elle enveloppe elle détourne chaque objet, les berçant d’un cocon de crochet blanc ou de couleur, mais un cocon féérique, doux et dérangeant. Les objets se retrouvent pris au piège d’une indicible araignée qui tisse inlassablement son ouvrage. Et l’on découvre pris dans ses mailles, muets et murés, des mannequins, un Santibelli, un matador, un cheval, un crabe, un taureau ….

On y trouve une hallucinante mariée, lustre de cristal, créé de toutes pièces en tampons périodiques, une preuve de notre féminité, un hymne à la liberté, pied de nez à certaines civilisations qui estiment encore que le tampon peut détruire la virginité d’une femme, et sont interdits à la vente car qu’ils ne sont que l’oeuvre du ….

….. Je vous laisse découvrir…

JOANA VASCONCELOS

En savoir plus : Un excellent article sur Lovely Textile à découvrir également, utilisez google translator … vous apprendrez beaucoup sur Joana Vasconcelos et bien d’autres artistes.

Veste et bêret en dentelle de laine – Mon ouvrage – 15/08/1937

J’étais intimement persuadée que le Granny Square et autres ronds, hexagones et losanges au crochet étaient une invention des hippies dans les années 70, qui maniaient le crochet avec sadisme et dextérité, dans le seul but que que nos mères nous affublent, enfant, de débardeur, de manteau et de jupe psychalédiques et atrocement bariolés.

(j’ai même trouvé avec effroi une cravate d’homme crocheté en Granny Square).

Que nenni mon amie, la preuve par l’image,
le poids des mots, le choc des photos …

Regardez bien cette revue, Mon ouvrage, en date du 15 août 1937, date de naissance de ma maman, et un merveilleux cadeau de Marie pour cette dernière, qui lui a envoyé quelques revues datant de cette époque, pour son dernier anniversaire.
La couverture nous envoie en pleine figure la terrible méprise …. Nos grands mères, ma grand mère, votre grand mère étaient à la pointe de la mode 2009 en 1937. Soixante douze ans que ça dure, la dentelle au crochet.
Quand je vous le disais que nous n’avions rien inventé ….
Couverture

Explications des ronds ….


Et ce que j’ai toujours adoré, lorsque je feuillette une revue ancienne …..

Arghhhhhhhh il n’y a pas le modèle….

Pour les fournitures (voir conditions d’envoi page 13).

A 9361 . Veste : Le dessin sur papier fort, tailles 40-42-44 our 46 – 15 fr.
Echantillon d’un rond : 6 fr.
La veste exécutée dans les coloris désirées, tailles 40 à 46 – 280 fr.
le patron du bérêt , dessiné sur papier fort – 5 fr.
Layne Zéphir la pelote de 50 grs – 6, 10 fr. Prix sans engagement
Le crochet acier : 2 fr. Franco.

Avec les explications des ronds, vous pourrez toujours crocheter un Circle Design …..
ou une veste en free form ….. ;-)

Edito du 29 janvier, après avoir médité sur cet article, et bien relu, les conseils d’assemblage des couleurs de 1937, je viens enfin de comprendre mon aversion pour le mélange de couleurs pétards (Merci Maman, tout ça à cause de mon débardeur granny square de 1971 ——- arghh, il était terrible faut vraiment que je vous retrouve la photo, et voilà un stress post traumatique à l’orange, au vert, au rose fushia, et au bleu canard)
Edito du 30 janvier, après de grandes discussions sur les années 1970, nous en sommes convenus, Rosy et moi, que mon stress post traumatique était du à ma chambre de jeune fille tapissée en orange, fenêtres, portes et radiateurs laqués orange également …. et non pas à cause de son débardeur …. A suivre ;-) ….

Le gilet de Madeleine

Je voulais juste vous montrer ce que je viens de terminer : un corsage au crochet commencé l’an dernier. C’est un modèle du catalogue été Phildar de l’an dernier fait en coton mercerisé n° 8 et crochet dentelle 1,75 (américain), je ne sais pas si j’aurais l’occasion de le porter, avec l’été pourri que nous avons par ici, mais il parait que la pluie c’est bon pour les hortensias, alors ! J’ai bien aimé crocheter ce modèle.

Madeleine

Ami et Amigurimi …

Découvert au hasard de mes pérégrinations virtuelles, les Amigurimi
Amigurumi est l’art japonais de tricoter ou crocheter des petits animaux et des créatures anthropomorphes. Les Amigurumi sont généralement des animaux adorables (tels que des ours, lapins, chats, chiens, etc), mais il peuvent être aussi des objets inanimés dotés de caractéristiques anthropomorphiques (un gâteau avec des yeux par exemple). Ces dernières années, on a vu se propager des amigurumi crochetés . Mais les Amigurumi peuvent être aussi tricotés. (exemple d’Amigurumi au tricot, ICI)
Ils sont crochetés ou tricotés avec du fil beaucoup plus gros que le crochet ou les aiguilles nécessaires, afin de créer une apparence de rigidité et de trame serré.

Amigurimi issu du blog Amigurimi made in France,
il y a des miniatures particulièrement craquantes
et ils tous magnifiques, tous sans exception,
il y a même les petites merveilles de Lutine.

Maintenant où trouver des modèles, avec Monsieur Google, c’est sûr ou votre moteur, mots clés : Amigurumi ou Amigurimi.
Et aussi, en cherchant bien dans votre bibliothèque …. je vous assure, regardez bien vous trouverez peut être des livres des années 1978 à 1980, des Tricots Sélection, allez cherchez ????? Si vous êtes sages, je prendrais ma lampe spéléo et j’irai chercher pour vous.

Quand je pense que je me trimballe celui ci depuis presque 20 ans, c »est vrai, il est moche, rien à voir avec les petits trésors de finesse précédemment cités, mais il est vintage ;-) , son prédécesseur était bleu, et ma grand mère en tricotait des vingtaines à chaque kermesse ….. c’était un Amigurimi au tricot et je ne le savais pas, honte à moi …. Faut que je retrouve le modèle moi !!!!

Dis c'est encore long l'hiver !!!!! Tais toi et tricote ….

ou plutôt crochète …

Modèle et explications Garnstudio

Cette photo date du 5 juillet 1946, cette dame qui pose avec le premier bikini crée par Louis Réard , n’est pas un mannequin professionnel, scandalisées elles avaient toutes refusées de poser avec si peu de tissu sur elles, c’est Micheline Bernardini, danseuse nue au Casino de Paris qui va assurer la promotion.

Vous aimeriez en connaître un peu plus sur les bikini, un excellent article dans Boomer Café, qui vous apprendra beaucoup, tant sur la mentalité d’une époque, que sur comment un tout petit bout de tissu, a fait se lever et s’insurger les plus grands de ce monde ;-) , même le Vatican a eu du mal à s’en remettre, le PC aussi d’ailleurs !!!!
Dans les articles différents qui sont en liens dans ce texte, il est écrit que le bikini fut abandonné jusque dans les années 70, sauf par quelques artistes qui osaient le porter en bravant les foudres de la populace, et les interdictions.
Et pourtant, je peux vous dire que déjà en 1954, ma mère et sa soeur étaient en bikini du 15 avril au 15 octobre, et que Brigitte Bardot n’avait rien à leur envier, …. le bikini fit son apparition dans la famille, lorsque les maillots tricotés par ma grand mère, furent enfin abandonnés, vous savez ces maillots une pièce qui une fois mouillés vous descendaient jusqu’à mi-cuisse pour ne pas dire mi-mollet. Maman tu me l’avais jamais dit que tu étais une hors la loi et une rebelle, de par ta tenue vestimentaire, déjà contestataire ????. Whaouhhhhhhhhhh respect.

Nous pantouflardes ????????? Grands concours de chaussons …

Conseils de Gisèle qui tricote ce type là de chaussons, mais qui les offre à tout le monde donc elle n’a pas de photos (forcément) …
Je rajoute un fils de coton, comme me l’a appris ma grand mère, à la laine pour les renforcer, surtout la semelle car lorsque nous étions enfants, nous faisions des glissades phénomales sur le sol ciré, sur le carrelage ça fonctionnait également très bien, mais nous nous faisions rouspéter, nos chers chaussons s’ usaient trop vite à cause des joints dans carrelages.
J ai pris la relève au décès de ma grand mère, j’avais 7 ans et j’en fait encore mais nettement moins qu’elle.


Réjeanne

Caroline


Nathalie

Sylvie,
Les miens sont faits au crochet …. Un vieux pingouin que je n’avait pas jeté avec des modèles faciles de bonnets, écharpes et chaussette ! Les fleurs dessus de Marie Claire idées ..

Simone, au tricot, et au crochet, le principe est le même …
En cliquant sur les photos, ou sur le texte écrit en vert, vous découvrirez les explications des chaussons si elles existent, et vous découvrirez deux filoutes !!!!!!
Et quelques modèles et explications, pour voyager au pays des chaussons …

Chaussons russes, mais on a besoin d’une traductrice.

Un joli modèle de chaussons portugais chez Tante Soize .

Chaussons québecois
Mes préférés que je vais commencer à tricoter pour déposer au pied du sapins
les explications sont sur le site du Cercle de Saint Joachim, du cercle des fermières du Québec.

Et pour les tricoteuses qui attendent impatiemment le père Noël, un merveilleux lien trouvé par Réjeanne

Et pour l’été, ou pour Lilianne, des SANDALES …. ben oui, et l’explication est LA

Petites choses à faire rapidement ….

Je cherchais de petites choses à faire rapidement pour le téléthon qui aura lieu dans une semaine, je crois que je suis en retard, je suis légèrement en retard, je suis vraiment en retard, car au lieu de baguenauder sur le web, pour vous pondre des articles que personne ne lis et bien je ferais mieux de coudre, mais je ne peux m’empêcher de vous montrer le lien qu’un des membres du blog, m’a envoyé ….. pour m’aider dans mes recherches.

le blog MOONSTITCHES

Il y a tout, le patron, le tuto, tout …. et le pire est à venir

Pour les dingues de chouettes, il y en a des dizaines …, et pour les dingues de crochets et des carrés de grand mères au crochet, les mêmes que crochetait inlassablement ma grand mère, le soir devant les dossiers de l’écran, et ben il y en a aussi et beaucoup … Aujourd’hui, il faut être un peu plus snob et dire des granny squares …. sinon personne ne sait que vous parlez des carrés de vos grands mères … (et dire que j’avais même des débardeurs crochetés comme ça, un orange, jaune, rouge, rose et bleu marine pour le week end, et un bleu marine pour la semaine – à cause de l’uniforme de l’école des soeurs – , c’était hier en … 1974, même que j’en avais un en rond de grand mère …. celui là, il était fait avec du rose pétard de chez pétard … comment on dit rond de grand mère en anglais … granny circles ? )

Ben voilà, je vais un peu farfouiller dans ma malle magique, pour voir combien de chouettes vont bien pouvoir s’y envoler ….

Merci Gisèle pour l’info.

PS : Rosy, tu sais qu’on a 200 carrés à monter ……

Cahier de couture – Carnet d'échantillons de crochet

Bijoux tissés en macramé par NEL

Vous connaissez Nel, je vous en ai déjà parlé ici, c’est une magicienne, presque un ange, qui tisse les étoiles et les nuages pour en faire des bijoux d’Elfes.

Mais ce n’est pas de bijoux dont nous allons parler, Nel a découvert dans sa vieille maison de famille un cahier d’échantillons de crochet c’est le cahier d’une de ses arrières grand mères … mais elle n’arrive pas à le dater. C’est un trésor, un trésor fabuleux que Nel aujourd’hui nous offre et nous le fait découvrir. Merci Nel.

Edito : Nel a fait des recherches dans ses archives familiale son arrière grand mère s’appelait Joséphine et est née en 1888, le cahier daterai donc d’avant 1900. Merci Nel, je suis heureuse de savoir que Joséphine par la pensée revient vers nous au travers de son cahier.

celà me fait penser aux échantillons découverts par Smaranda, Est ce que le crochet était un matière obligatoire dans l’enseignement des jeunes filles à la fin du 19ème siècle ? Je regrette que nos grands mères ne soient plus là pour nous raconter

Le collier d'Anne primée au concours Stitch et Texere Yarns

Anne Gailhbaud, que nous ne présentons plus, (elle a fait l’objet de plusieurs articles dans les revues spécialisées pour le patchwork, notamment pour son cahier textile) est une grande artiste, elle vient de nous apprendre qu’une de ses oeuvres a été primée lors du concours Texere Yarns et Stitch. Je me suis empressée de faire une petite interview virtuelle à laquelle elle a répondu avec beaucoup de gentillesse, d’humilité et d’humour.

Le concours Texere Yarns et Stitch (magazine anglais de broderie) a lieu tous les 2-3 ans. Les résultats du concours devaient être donné en janvier, mais la parution n’a eu lieu qu’au mois de juin, car de très nombreux candidats de toute l’Europe et des Etats Unis avaient participé. Mais les gagnants dont je suis, ont été avisés fin février ; on a reçu un avoir de 100 livres environ (selon le classement) pour acquérir, matériels, fils, laines, livres (Beany and Littlejohn) chez Texere yarns qui ont un très beau catalogue.
Les œuvres primées seront exposées au grand festival international annuel de Birmingham puis circuleront en Grande Bretagne. Je n’ai jamais porté mon collier, et je pense que ce n’est pas pour demain. Je me permets d’ajouter qu’il est très beau sur un décolleté, bien mieux qu’en photo !
Le règlement : Pour l’avant dernier concours je n’ai pas concouru, mais j’ai vu ce qui avait été fait. L’idée était de réaliser une broderie avec les fils Texere Yarns et en n’utilisant qu’un seul point (œuvres visibles sur leur site), par exemple que du point de tige, ou que du point de nœud……… J’ ai franchement aimé certaines œuvres et cela m’a donné envie de faire le concours suivant, comme j’espère vous donner envie de participer au suivant en en parlant.
Donc, pour ce concours, on commandait des fils d’une gamme (pour ma part,c’était la gamme autumn qui me séduisait par ses tons chauds) et on devait faire quelque chose avec dans une taille spécifiée. J’ai reçu les fils, je les ai trouvés superbes, mais je n’avais aucune idée de broderie ; en fait, j’ai un grand pouvoir d’évasion avec les mots et les images, je m’échappais, je rêvais, mais je ne voyais pas comment coudre ces fils saufs avec le point de « couchure », et je pensais qu’on serait nombreuses à le faire ; or, je suis incapable de mettre mes pas dans ceux des autres, ni d’ailleurs de m’imiter moi-même et de travailler en série….Bref, je « séchais ». D’autant que la quantité reçue ne permettait pas de faire quelque chose de conséquent, même si on avait le droit de compléter, du moment que c’était dans un certain pourcentage.
Et puis, allez savoir comment se déclenche le processus créatif, ces couleurs si chaudes évoquaient pour moi l’Afrique qui me colle à la peau ! J’ai pensé aux colliers Massaï, et j’ai eu l’idée d’en réaliser un proche de ces derniers, avec du crochet et des perles enfilées au préalable sur le fil ; pas évident sans patron ni modèle, j’ai donc crocheté en essayant sur moi le collier à chaque rang de façon à faire les augmentations nécessaires. Et là, j’ai eu l’intuition que je ne brodais pas, mais que j’utilisais différemment les fils Texere Yarns et que cela leur plairait sans doute, car les anglo-saxons aiment qu’on soit « excentrique », c’est-à-dire un peu à côté, un peu décalé.
Voilà il a donc été choisi ; il y a un autre collier très différent parmi les gagnants (Hollande). Tout le reste : de la broderie : un masque, de la passementerie, un sac, un tissage (je pratique aussi cela et j’aime assez l’œuvre tissée mais je la trouve trop inspirée d’un modèle paru dans Stitch auparavant) .
Mon oeuvre préférée, parce qu’elle m’intrigue et que j’aime comprendre le « comment », est une coquille faite je ne sais comment en « bobin lace », l’oeuvre vient de Belgique.
Adresses des sites :
Stitch auquel je suis abonnée depuis très longtemps est un magazine intéressant, j’aime la façon parfois déjantée de broder des anglo-saxonnes qui ne se limitent pas à une grille, et ces derniers mois, j’ai appris deux points que je n’ai trouvé nulle part ailleurs !)
Les résultats paraîtront sûrement sur le site de Texere yarns puisqu’ils ont paru dans Stitch :

Et mon site qui sera rénové cet été : http://quilt007.free.fr/

Merci à Histoire de boites à couture pour leur ouverture aux autres, j’admire qu’on puisse intervenir techniquement et régulièrement sur un blog, je suis dépassée par la technique, et je préfère découvrir les œuvres des autres que de parler de moi-même, mes deux dernières découvertes sont :

une artiste qui associe les vieux métaux et le tissu
et deux autres qui travaillent le papier…
et
Je vous les recommande !
Anne Gailhbaud pour Histoires de boites à couture